Séminaires Genre(s) et méthodes, 20 mai 2022, 15-18h

Communication du LabSIC (Laboratoire des sciences de l’information et de la communication, Université Sorbonne Paris Nord) et du CRICIS (Montréal)

Le dernier séminaire de l’année 2021-2022 du séminaire Genre(s) et méthodes (GEM), co-organisé par le LabSIC (Laboratoire des sciences de l’information et de la communication, Université Sorbonne Paris Nord) et le CRICIS (Montréal),  aura lieu sur zoom ainsi qu’en présentiel le vendredi 20 mai entre 15h à 18h à Paris (9h et 12h à Montréal), sous le titre Le genre comme démarche pour les objets historiques. Il sera possible d’assister au séminaire en présentiel à la MSH Paris Nord (salle 408) et à l’UQAM (local à confirmer) 
N’oubliez pas de vous inscrire en écrivant à cricis@uqam.ca (précisez si vous serez en ligne ou en présentiel). Le séminaire est gratuit et ouvert à toutes et à tous!
À cette occasion, nous accueillerons :

Claire Blandin, professeure à l’Université Sorbonne Paris Nord, LabSIC

Claire Carlin, professeure émérite de littérature française à l’Université de Victoria

Résumés des communications

Claire Blandin : Les silences de l’histoire. Inventer des archives pour écrire l’histoire des femmes


Cette intervention de réflexion méthodologique partira des travaux de Michelle Perrot sur les « silences de l’histoire » qui ne fait pas de place aux femmes. Il s’agit de montrer comment, en histoire contemporaine du second vingtième siècle, les sources médiatiques, l’histoire orale et la collecte des archives privées permettent de contourner les lacunes des fonds plus traditionnels. La présentation s’appuiera sur deux entreprises biographiques en cours : l’écriture d’un livre sur Hélène Gordon-Lazareff et le recueil d’archives familiales sur la place des femmes dans la guerre d’Algérie.


Claire Carlin : Histoire et imaginaire : la représentation du genre

Aux années 80, l’influence des revendications féministes se faisaient sentir en études littéraires, obligeant les chercheuses et les chercheurs à prendre position. Dans mon domaine, la première modernité, le refus de la majorité de critiques littéraires en France d’admettre le bien-fondé des lectures féministes menait régulièrement à la dénonciation de « l’influence américaine ». Néanmoins, pendant la période aux années 90 où les études féministes devenaient les études du genre, il y avait de plus en plus de « convertis » des deux côtés de l’Atlantique : le concept du genre devenait un outil incontournable en études littéraires. Les études du genre se sont épanouies dans le contexte d’une mise en question méthodologique généralisée qui nous incitait non seulement à explorer de nouvelles façons de lire mais aussi à élargir nos objets d’étude au-delà des textes considérés comme « littéraires » : aucun texte ne serait exclu de nos champs d’intérêt.
Mes recherches depuis plus de 20 ans sur le mariage du XVIe au XVIIIe siècle témoignent de cette tendance à quitter les bornes du domaine strictement littéraire. Avec comme point de départ méthodologique « l’imaginaire nuptial », je cherche à découvrir non pas la vérité du vécu des gens du passé mais plutôt les représentations textuelles et visuelles des désirs et des hantises dominants de la société française de l’époque. Travailler avec les collègues en histoire culturelle et en histoire de l’art m’a permis d’aborder la construction sociale et politique du genre avec l’esprit bien plus ouvert : la convergence fait la force.

À propos des intervenantes


Professeure des Universités en sciences de l’information, Claire Blandin est spécialiste d’histoire des médias et d’histoire des femmes. Elle travaille sur la question des représentations des minorités dans l’espace public au cours du second vingtième siècle. Autrice d’une Histoire de la presse et du Manuel d’analyse de la presse magazine chez Armand Colin, elle publie en 2022 une biographie de la fondatrice du magazine Elle, Hélène Gordon-Lazareff, aux éditions Fayard.

Claire Carlin est professeure émérite de littérature française à l’Université de Victoria (Colombie Britannique, Canada). Ses recherches portent surtout sur la première modernité française. Spécialiste dans un premier temps du théâtre de Pierre Corneille, elle a publié de deux livres en anglais à ce sujet (Pierre Corneille Revisited en 1998 et Women Reading Corneille : Feminist Psychocriticisms of Le Cid en 2001). Depuis vingt ans elle étudie le mariage sous l’Ancien Régime et a créé une anthologie virtuelle de textes et d’images à ce sujet (http://mariage.uvic.ca/). Elle est aussi la chercheuse principale du projet Endings: Concluding, Archiving, and Preserving Digital Projects for Long-Term Usability. Son travail est subventionné par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Pour une liste de ses contributions voir ORCID : https://orcid.org/0000-0002-4247-2685


À propos de la série de séminaires


Co-organisé par le LabSIC (Laboratoire des Sciences de l’information et de la communication, Université Sorbonne Paris Nord, France) et le CRICIS (Centre interuniversitaire sur la communication, l’information et la société, Québec, Canada), le séminaire Genre(s) et méthodes (GEM) s’attache à étudier les questions féministes, intersectionnelles et de genre(s) en termes de méthodes, méthodologies et épistémologies. Concept transdisciplinaire fluide et non figé, le genre – ou les genres, pour échapper à un fonctionnement social binaire – a fait l’objet de travaux qui, en proposant un décentrement radical, ont transformé le paysage des sciences sociales et humaines tout au long du XXe siècle. Ce séminaire a pour objectif de proposer un espace pour discuter des apports de ces études à la pratique scientifique. Nous y discutons des façons de faire de la recherche lorsqu’on travaille sur le(s) genre(s), de ses / leurs articulations avec d’autres formes de minoration, et du pouvoir critique de cet outil pour désessentialiser le monde social. Cherchant à soustraire la réflexion à la pensée universaliste, nous y décentrons les regards pour aborder les questions de luttes, de résistances, à l’exemple de celles de corps racisés qui subissent différents rapports de domination. Nous réfléchissons à la façon dont sont opérés les décentrements des concepts et aux démarches mises en œuvre pour déconstruire les normes dominantes sur les identités de genre, les sexualités et d’autres rapports de pouvoir comme la classe ou la race. Pluriels, les questionnements portent sur la capacité à penser le positionnement de la chercheuse ou du chercheur, son engagement, sa subjectivité, le dévoilement de biais en termes de production ou d’interprétation de données, la réflexivité sur ces biais en tant que ressources heuristiques, épistémiques ou politiques, les questions éthiques soulevées par des objets perçus comme impurs, ou encore l’historiographie ou l’analyse du caractère genré d’un objet ou d’un dispositif d’enquête… Il s’avère pertinent de mettre au jour et d’analyser les façons dont le(s) genre(s) – ainsi que les concepts qui lui / leur sont rattaché(s) – sont travaillés et reconstruits par le terrain… Enfin, cet espace de dialogue a aussi pour vocation d’interroger la possible singularité des méthodes, méthodologies et épistémologies des approches par le genre et des études féministes et intersectionnelles. Ce séminaire met en lumière des travaux s’inscrivant dans les champs des médias et de la communication, et plus largement en sciences humaines et sociales (sociologie, histoire, anthropologie, sciences politiques ou philosophie…).  

Information proposée par Martine Kaluszynski.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search