Le suicide d’amour, la justification romantique du féminicide? Coup d’oeil sur l’affaire Fouquemberg.

Billet rédigé par Hélène Duffuler-Vialle.

Dans le cadre du projet, Prune Decoux numérise et transfère sur un cloud toutes les affaires criminelles genrées des Archives départementales du Nord et notamment les féminicides.
Parmi ces affaires, un dossier de procédure a été conservé sous la côte 2U1/494. Condamné aux travaux forcés à perpétuité par la Cour d’assises de Douai le 21 octobre 1925 pour le meurtre de Jeanne Corion à Ostricourt, Georges Fouquemberg avançait dans sa défense la thèse d’un projet de double suicide.
Cette affaire entre en résonance avec le récent ouvrage coécrit par Marc Renneville1, dont nous avions parlé sur le carnet et qui a été recensé sur Criminocorpus.
Elle sera analysée dans le cadre du projet de recherche.

  1. Jacqueline Carroy, Marc Renneville, Mourir d’amour. Autopsie d’un imaginaire criminel, Paris, La Découverte, 2022, 316 p. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search