Atelier : “Les Historiens du Droit ont-ils un sexe?”, Congrès international de l’Institut du Genre, Toulouse, 7 juillet 2023

Les membres de l’ANR ont la joie de vous annoncer leur participation au prochain Congrès international de l’Institut du Genre, No(s) Futur(s). Genre : bouleversements, utopies, impatiences. Le programme de la semaine est désormais disponible, tout comme celui des ateliers.

L’intervention s’inscrit dans l’axe A de la SCR Arpege, “Genre et Sciences”. “Les sciences sont fortement mobilisées dans cette période de crise que ce soit dans la prospective ou les réponses à apporter aux problèmes du temps présent. Même si les agences de financement scientifiques ont intégré la dimension du genre, les sciences intègrent-elles les femmes ? Ont-elles corrigé les biais de genre qu’a révélé la critique féministe des sciences ? Les études sur les sciences du passé peuvent-elles nous guider pour les éviter ?”

Les communications prendront la forme d’un atelier, décliné autour de cette problématique :

Nul besoin d’employer l’écriture inclusive pour faire le bilan des recrutements en histoire du droit en 2022 : le CNRS permet l’accès d’une femme au sein d’un laboratoire d’histoire du droit, mais seuls des hommes ont été agrégés, seuls des hommes ont été recrutés MCF. Ce constat a priori caricatural doit être contextualisé, voire, peut-être, nuancé, par le nombre de postes particulièrement faible dans la discipline. En effet, tous concours confondus, sept personnes ont été recrutées en histoire du droit cette année. 

Les inégalités de genre au sein du milieu académique, bien connues de la sociologie des professions, sont-elles encore renforcées dans cette matière par un contexte extrêmement compétitif ? Depuis quand existent-elles, est-ce un phénomène isolé, récurrent, stable, en voie de déclin ? Pour étudier rigoureusement le recrutement et l’avancement de carrière en histoire du droit selon les sexes, nous procéderons à des calculs statistiques, à tous les stades de la vie universitaire, grâce aux documents officiels librement accessibles. Les chronologies et grandes tendances ainsi dressées livreront un état des lieux factuel de la répartition binaire sexuée de la matière, qui sera complété par des entretiens avec des membres de jurys de recrutement et des membres élu.e.s. Ces études poseront ainsi les premiers jalons et inviteront l’histoire du droit à une introspection genrée plus globale.

Luisa Brunori, Prune Decoux, Hélène Duffuler-Vialle, Alexandre Frambéry-Iacobone, Nader Hakim et Florence Renucci délivreront trois communications, vendredi 7 juillet de 9h à 10h30, dont vous pouvez retrouver le détail ci-dessous. Florent Garnier est pressenti pour présider le panel.



Citer ce billet
Prune Decoux (2023, 17 mai). Atelier : “Les Historiens du Droit ont-ils un sexe?”, Congrès international de l’Institut du Genre, Toulouse, 7 juillet 2023. ANR-HLJPGenre. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/poj1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search