Publication : O. Colomb, « “Une doctoresse en droit”. Sarmiza Bilcescu (1867-1935) : itinéraire d’une juriste “pionnière” entre France et Roumanie », Etudes sociales, 2024.

Portrait de Sarmiza Bilcescu, Le Monde illustré n°1734 du 12 juin 1890.

Ophélie Colomb, docteure en Histoire du droit et membre du projet HLJPGenre, vient de faire paraître dans la revue Les Études sociales un article sur Sarmiza Bilcescu, première Docteure en droit en France. Elle nous en livre, ci-dessous, le résumé.

“Pour qui s’intéresse à l’histoire des droits des femmes, le nom de Sarmiza Bilcescu n’est pas inconnu. Elle est la première femme à devenir docteure en droit en France en 1890 en soutenant une thèse dont le sujet la place au carrefour du droit et des féminismes : De la condition légale de la mère, en droit romain et en droit français[1]. Ce faisant, elle est restée l’une des déclinaisons de la figure de la « pionnière ». Dans son ouvrage consacré à ce sujet, Juliette Rennes expose les enjeux de l’emploi de cette expression qui, selon le point de vue adopté, ne revêt pas forcément la même signification[2]. La « pionnière » est donc un terme ambigu qui, rapporté à l’appréhension d’une trajectoire, peut conduire à éluder toute sa profondeur. À cet égard, l’historiographie française concernant Sarmiza Bilcescu est tout à fait significative : elle demeure figée dans une impression de rupture, d’exception ou encore d’événement. Ainsi, si son parcours est toujours présenté comme celui d’une « première » dans l’accès des femmes aux études de droit – quand elle n’est pas éclipsée par Jeanne Chauvin –, sa pensée, ses écrits et son engagement n’ont jamais été étudiés ni même envisagés à l’aune de l’histoire du droit, de la pensée juridique et des féminismes de la seconde moitié du xixe siècle qu’elle incarne pourtant également. Cet oubli fait écho au vide historiographique en histoire du droit concernant l’étude des femmes juristes par le prisme du genre[3].

Cette étude vise ainsi à initier une démarche : celle de combler ce vide historiographique en retraçant le parcours personnel et universitaire de Sarmiza Bilcescu, mais également en proposant une première étude de son discours juridique notamment par l’analyse de la rupture qu’il représente dans l’histoire de la pensée juridique, et ce, en lien avec l’histoire des droits des femmes et des féminismes à laquelle elle n’est pas estrangère. En effet, Sarmiza Bilcescu incarne les différents aspects de la présence marginale des femmes à l’Université en général et au sein des facultés de droit en particulier à la fin du xixe siècle : elle est à la fois femme et Roumaine. À cet égard, son entrée dans le champ juridique impliquait une transgression des normes de genre tant au regard du droit qu’au plan culturel et sociétal. Ainsi, Sarmiza Bilcescu a su – à l’instar d’autres pionnières – profiter du silence de la loi pour accéder aux bancs de la Faculté de droit de Paris. Mais pas seulement. En menant des études de droit et en cultivant par la suite une vie politique et intellectuelle transnationale, elle a également ébranlé l’assignation faite à son genre ; assignation d’ailleurs professée par M. Colmet de Santerre au jour de sa soutenance[4]. Il reste que pour parvenir à « faire son droit », Sarmiza Bilcescu a dû composer avec l’institution. À ce titre, sa trajectoire donne à voir les compromis qu’implique l’accès des femmes aux facultés, notamment celles de droit qui figurent parmi les dernières à s’ouvrir aux femmes”. 

Pour citer cet article : Ophélie Colomb, « “Une doctoresse en droit”. Sarmiza Bilcescu (1867-1935) : itinéraire d’une juriste “pionnière” entre France et Roumanie », Les Études sociales, vol. 178, 2 (2023), p. 35-60. 

Permalien : https://www.cairn.info/revue-les-etudes-sociales-2023-2-page-35.htm


[1] Sarmiza Bilcescu, De la condition légale de la mère, en droit romain et en droit français, thèse de doctorat, Faculté de droit de Paris, Arthur Rousseau (éditeur), 1890, in-8°, 508 p.

[2] Juliette Rennes, Le mérite et la nature. Une controverse républicaine : l’accès des femmes aux professions de prestige 1880-1940, Paris, Fayard, 2007, p. 513. 

[3] Anne Revillard, Karine Lempen, Laure Bereni et al., « À la recherche d’une analyse féministe du droit dans les écrits francophones », Nouvelles Questions Féministes, vol. 28, n°2, 2009, p. 4-10 et Dzovinar Kévonian, « L’histoire des femmes juristes en France jusqu’aux années 1960 : État des lieux et sources de recherche », in Emmanuelle Tourme-Jouannet, Laurence Burgorgue-Larsen, Horatia Muir Watt et al. (dir.), Féminisme(s) et droit international, Paris, Société de législation comparée, 2016, p. 323-346. 

[4] « Je vous l’avoue, je ne crois pas qu’il appartienne à la femme de remplir les fonctions pour lesquelles l’étude du droit est obligatoire. Je ne verrais pas avec plaisir les femmes dans la magistrature ou au barreau. Je sais que vous n’avez pas l’intention de briguer ces fonctions. Je sais aussi que vous ne voudriez pas figurer dans une chambre légiférante… » Propos rapportés de M. Colmet de Santerre prononcés au jour de la soutenance de Sarmiza Bilcescu dans Raoul Lajoye, La femme politique, Paris, Durand et Pedone- Lauriel, 1891, p. 40-41. 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Alexandre Frambéry-Iacobone (26 février 2024). Publication : O. Colomb, « “Une doctoresse en droit”. Sarmiza Bilcescu (1867-1935) : itinéraire d’une juriste “pionnière” entre France et Roumanie », Etudes sociales, 2024. ANR-HLJPGenre. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwsz


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search