Présentation de l’équipe

L’équipe du projet est pluridisciplinaire et regroupe des chercheuses et chercheurs en histoire du droit, en droit positif, en sciences sociales, en science politique ou encore en histoire.

Hélène Duffuler-Vialle, la coordinatrice du projet HLJPGenre, est maîtresse de conférences en histoire du droit (CDEP – EA2471, Université d’Artois) depuis septembre 2018 et docteure depuis 2015. Elle a commencé ses recherches et intégré l’apport méthodologique des études de genre depuis 2009. Ces dernières années, elle a diversifié ses sujets d’étude et a notamment travaillé sur l’infanticide, les sexualités des mineur.e.s et les violences familiales, toujours sous le prisme du genre. 

Véronique Blanchard est Docteure en histoire, responsable du Centre d’exposition de l’Ecole Nationale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse Enfants en justice (ENPJJ), spécialiste en histoire de la délinquance des mineures. Elle a notamment crée le projet “Mauvaises filles”, via la réunion d’un comité scientifique en 2015, qui a donné naissance à une exposition et à des manifestations scientifiques , à la publication d’un ouvrage avec David Niget et à une web-série documentaire.

Luisa Brunori est Directrice de recherche au CNRS en histoire du droit des affaires (CHJ-UMR 8025 – Université de Lille), férue de nouvelles méthodologies et d’approches collaboratives dans ses travaux en histoire du droit comparé. Elle développe depuis plusieurs années des travaux d’histoire du droit à l’échelle internationale et est membre fondatrice du projet PHEDRA.

Nicolas Bué est Professeur de science politique, membre du CERAPS et membre associé du CDEP ; il a orienté récemment ses recherches sur le genre et notamment sur la parité en politique. Il a monté un séminaire en Master 2 à Lille sur le corps au sein duquel les questions de genre sont prégnantes et dirige actuellement quatre thèses intéressant directement les rapports sociaux de sexe. 

Nathalie Crochepeyre Flament est Ingénieure d’études (CHJ-UMR 8025-Université de Lille), spécialiste en droit du travail.

Prune Decoux est la post-doctorante recrutée au sein du du projet, Docteure en histoire du droit1, spécialiste de la pensée juridique et en humanités numériques. Sa thèse a mobilisé de nombreux outils susceptibles de s’intégrer directement dans le projet, tels que les bases de données, la data vizualisation ou l’analyse de réseaux.

Sébastien Dhalluin est Maître de conférences (OMIJ – EA 3177, Université de Limoges), spécialiste en histoire du droit pénal ; il a travaillé avec la coordinatrice dans le cadre du projet européen Wo-men in Legal History. Plusieurs de ses travaux ont directement porté sur les infractions classiquement attribuées aux femmes par la doctrine d’Ancien Régime : l’infanticide, la sorcellerie et l’empoisonnement. Ses futures recherches axées sur la question du genre porteront sur le féminicide, et notamment sur la discussion du terme uxoricide. 

Silvia Falconieri est Chargée de recherche au CNRS (IMAF UMR 8171, EHESS). Ses travaux portent sur la construction juridique de l’altérité aux XIXe-XXe siècles. Après avoir travaillé sur l’usage de la notion de « race » dans le droit des périodes fasciste et de Vichy, elle s’est penchée sur les problèmes engendrés par la définition du statut légal des métis et par l’accession des populations indigènes à la citoyenneté dans les territoires français et italiens d’outre-mer. Plus précisément, ses travaux montrent à quel point le corps indigène, racialisé par le regard des juristes et des administrateurs coloniaux, est au cœur des opérations qui président à la définition de statuts juridiques en situation coloniale. Dans le cadre du projet ANR-AMIAF qu’elle dirige, elle travaille sur les savoirs juridico-administratif et médical sur la folie en Afrique française. 

Alexandre Frambéry-Iacobone est Doctorant en histoire du droit (IRM-CAHD EA 503, Université de Bordeaux), spécialiste en histoire de la pensée juridique. Il prépare une thèse en histoire du droit pénal contemporain au carrefour de la philosophie du droit et des sciences criminelles.

Nader Hakim est Professeur en histoire du droit (IRM-CAHD EA 503, Université de Bordeaux). Ses publications portent principalement sur l’histoire de la pensée juridique contemporaine. Outre ses articles et chapitres d’ouvrages, il a notamment publié Natalino Irti, Le nihilisme juridique (2017), Le droit civil et la législation ouvrière (2013) et Le renouveau de la doctrine française. Les grands auteurs de la pensée juridique au tournant du XXe siècle (2009). Depuis plusieurs années, intéressé par le thème du genre en histoire du droit, il n’a pas hésité à diriger des travaux de mémoire sur le sujet.

Hugues Hellio, Directeur du CDEP et Maître de conférences en droit public (CDEP – EA2471, Université d’Artois), est spécialisé en droit international de l’environnement et du climat. Il est convaincu de l’apport des études de genre, car les spécialités sur lesquelles il travaille ont complètement intégré le rôle important et spécifique des femmes dans la lutte sur les enjeux environnementaux. En effet les rôles sociaux qui leur sont attribués leur font subir directement les conséquences des changements climatiques – par exemple, dans certaines sociétés traditionnelles africaines, chercher de l’eau est une tâche principalement dévolue aux femmes – et les rendent les plus susceptibles de modifier les pratiques (rôle de transmission et d’éducation auprès des enfants). Il souhaite dans le cadre du projet HLJPgenre travailler sur les violences sexuelles et dans le prolongement de la recherche s’intéresser aux rapports sociaux de sexe dans l’évolution de la Cour pénale Internationale.

Marie Houllemare est Professeure Ordinaire à l’Université de Genève (à partir d’août 2021) et membre des comités de rédaction de Criminocorpus et de Clio@Themis. Spécialiste d’histoire de l’Etat et des savoirs de gouvernement, elle travaille sur la violence et sa répression dans l’empire colonial français au XVIIIe siècle. Elle s’intéresse au caractère genré de l’homicide (honneur, affirmation viril) et de sa condamnation judiciaire. Elle a organisé en 2016 une journée d’études sur Genre et justice depuis la Renaissance et a publié dans Clio en 2020 un article sur Marie Kingué, femme esclave capable d’inciter libres et esclaves à la violence à Saint-Domingue à la fin du XVIIIe siècle.

Amélie Imbert est Maîtresse de conférences en histoire du droit (CESICE-EA 2420, Université Grenoble Alpes). Après des travaux sur l’histoire des politiques de laïcisation, elle s’intéresse actuellement à des thématiques touchant à l’histoire des libertés et des droits humains, dans des perspectives croisant des approches féministes et des approches postcoloniales et décoloniales. Intervenant dans un DU Egalité Femmes-hommes en formation continue, animant un séminaire Droit & Genre, elle réfléchit depuis plusieurs années à l’intégration du concept de genre dans ses différents cours.

Anne Jennequin est Maîtresse de conférences en droit public, spécialisée en droit pénitentiaire (CDEP – EA2471, Université d’Artois). A l’occasion du colloque, organisé par le CDEP en 2018, portant sur l’égalité femmes/hommes, elle a étudié la non-mixité et la mixité dans le service public pénitentiaire. Elle est membre d’un comité scientifique d’un projet GIP de 30 mois sur La mixité sexuée à l’épreuve de la prison. Le développement des espaces et temps mixtes en question. Cette recherche qui repose à la fois sur une approche juridique et sociologique (enquêtes de terrain, questionnaires) a pour objet de faire le bilan des expériences de la mixité sexuée en détention, en France comme à l’étranger, d’identifier les facteurs de résistance et les contraintes juridiques, architecturales, pratiques et professionnelles, pour enfin envisager le cas échéant une mixisation croissante des temps et des espaces en détention. 

Martine Kaluszynski est Directrice de recherches au CNRS (Pacte UMR 5194), spécialiste des savoirs et politiques sur le crime. D’abord historienne, elle a rédigé une thèse sous la direction de Michelle Perrot en 1988 sur la naissance de la criminologie comme science sociale. Elle a ensuite été recrutée au CNRS et a orienté ses recherches en socio-histoire. Elle est passée d’une analyse socio-historique de l’Etat et des sciences de gouvernement en France sous la IIIe République, particulièrement dans le domaine du maintien de l’ordre, à la mise en place progressive d’une sociologie politique du droit. 

Sébastien Landrieux est Doctorant en Histoire (Université de Lille), spécialiste en histoire de la justice. Il prépare une thèse sur les modalités de l’oppression aux modes de résilience : Contribution à une histoire des homosexualités dans le Nord (1890-1985), sous la direction de Stéphane Michonneau et Florence Tamagne 

Caroline Laske est Chargée de cours invitée (Université de Louvain), spécialiste en linguistique juridique. Ses activités de recherche interdisciplinaires se situent à l’intersection du droit, de l’histoire et de la langue, appliquant l’analyse linguistique à l’étude de l’histoire et des concepts juridiques, du droit comparé et de la traduction. Elle travaille sur les relations entre la Flandre médiévale et l’Angleterre anglo-normande et sur le sujet de la capacité juridique dont jouissaient ou non les femmes médiévales. 

Frédérique Le Doujet est Maîtresse de conférences en droit privé (CRDP ERADP -ULR n°4487, Université de Lille). Ses axes de recherches portent sur le droit des personnes et de la famille, spécialement sur le droit des couples. En tant que membre du programme REGINE (Recherches et études sur le genre et les inégalités dans les normes en Europe), elle a contribué à l’ouvrage “La loi & Le genre – Etudes critiques de droit français” (dir. S. HENNETTE-VAUCHEZ, M. PICHARD, D. ROMAN), puis à l’ouvrage “Le traitement juridique et judiciaire des violences conjugales” (dir. M. PICHARD et C. VIENNOT). Elle a également créé le Diplôme universitaire “Approche pluridisciplinaire des violences conjugales à l’Université de Lille”. Elle est co-responsable du Groupe d’études transversal Violences sexuelles et sexistes (CRDP de l’Université de Lille, CDEP de l’Université d’Artois).

Farid Lekéal est Professeur en histoire du droit, ancien directeur du Centre d’Histoire Judiciaire (CHJ-UMR 8025 – Université de Lille). Ses spécialisations en histoire du droit social et en histoire du droit colonial l’ont fréquemment confronté à des questions théoriques et épistémologiques spécifiques propres à des objets d’étude « neufs » d’un point de vue historiographique. Ses recherches tendent à confronter ou à croiser les normes juridiques, les discours qui les sous-tendent ou soutiennent, et la pratique des acteurs chargés de les mettre en œuvre ou de les expliciter (juristes au sens large, administrateurs, universitaires…). Autrement dit, un travail sur la réception, et les modalités d’appropriation différenciées des normes juridiques. 

Sabrina Michel est ingénieure d’étude (CHJ-UMR 8025-Université de Lille). Elle publie régulièrement des articles en histoire de la Justice d’Ancien Régime et est responsable du site « ParleFlandre » qui met en ligne dans des bases de données l’accès aux dossiers de procédure du Parlement de Frandre. Elle a récemment orienté ses recherches sur la question des représentations des femmes dans les dossiers judiciaires. 

Astrid Montigny est Doctorante en droit privé (CDEP – EA2471, Université d’Artois), spécialiste en droit de la famille. Elle prépare une thèse qui porte sur le traitement juridique et judiciaire des violences conjugales en droit européen ; elle a travaillé sur le féminicide et s’intéresse vivement à la perspective diachronique.

Arnaud Paturet est Chargé de recherche au CNRS (CTAD- UMR 7074-ENS) Spécialiste en droit romain, il s’intéresse à sa projection comme matrice des droits occidentaux voire des images mentales modernes. Il a mené des travaux précurseurs sur le genre en histoire du droit, notamment sur Le traitement de l’hermaphrodite dans la littérature juridique de l’Ancien Régime et sur les discours sur le genre dans le droit. Il utilise une méthode de travail spécifique mêlant la sociologie historique et l’anthropologie aux sciences du droit. 

Marc Renneville est Directeur de recherche CNRS, historien de la Justice, directeur du CLAMOR (CAK, UMR 8560, CLAMOR, UMS 3726). Ses recherches portent sur les sciences et les savoirs du criminel ainsi que leurs applications dans l’administration de la justice pénale. Il vient de publier aux éditions La Découverte avec J. Carroy Mourir d’amour. Autopsie d’un imaginaire criminel (2022), ouvrage qui propose une entrée inédite dans l’histoire du féminicide. 

Florence Renucci est Directrice de recherche au CNRS, membre de l’Institut des Mondes Africains (IMAF – UMR 8171- Université d’Aix-Marseille). Elle a été directrice adjointe de la Mission de recherche Droit et Justice. Dans le cadre de ses recherches elle a été sensibilisée à la question du genre. Sa thèse ainsi que plusieurs de ses articles portaient sur la question des femmes autochtones, essentiellement en Algérie. Dans le cadre du projet ANR AMIAF, elle fait également des recherches sur le regard de femmes sur les aliénées autochtones, afin de comprendre la complexité des représentations croisées et la potentielle influence du genre à leur égard. 

Régis Revenin est Maître de conférences en sciences de l’éducation, (CERLIS, UMR 8070, Université de Paris-Descartes), spécialiste de l’histoire des sexualités. Il est l’auteur de Une histoire des garçons et des filles. Amour, genre & sexualité dans la France d’après-guerre, publié en 2015.

Corinne Robaczewski est Professeure de droit pénal (CRDP-ULR 4487-Université de Lille).

Anne Ulrich-Girollet est Maitresse de conférences-HDR en histoire du droit (LIR3S UMR 7366, IODE UMR 6262). Elle est spécialiste en droit colonial et a travaillé sur les ddiscriminations juridiques en montrant notamment l’intégration sélective des colonisés dans la nation française. Elle a récemment réorienté ses recherches sur les femmes en métropole sous la IIIe République, thème qu’elle avait abordé dans sa thèse sur Victor Schœlcher publiée en 2000 dont une section est consacrée aux droits des femmes. 

Fanny Vasseur-Lambry, Maîtresse de conférences-HDR en droit privé, Doyenne de la faculté de droit de Douai (CDEP – EA2471, Université d’Artois), spécialiste en droit de la famille. Elle a principalement travaillé sur les questions des violences conjugales, des violences intra-familiales et de l’accouchement sous X. 

Sophie Victorien, Ingénieure de recherche au CNRS (CLAMOR UMS 3726) est spécialiste en histoire de la justice des mineur.es.

Alain Wijffels est Directeur de recherche au CNRS (CHJ UMR 8025-Université de Lille). Il est également Professeur dans des universités prestigieuses européennes et il a été titulaire de la chaire européenne du Collège de France en 2016-2017. Spécialiste en histoire du droit, Alain Wijffels a été sensibilisé à la question des études de genre à Cambridge dès la fin des années 1980. Dans le cadre de ses enseignements à Louvain-la-Neuve, il a intégré ce prisme d’analyse au début des années 1990. Récemment il a travaillé sur l’intersexualité du point de vue des droits humains et dirige des mémoires sur ce thème. Il a abordé ce thème dans sa contribution au colloque d’ouverture du Collège de France en 2017 confié à Ph. Descola sur la nature et a écrit plusieurs articles sur le sujet.


  1. CDEP – EA2471, Université d’Artois []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search